AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarViolet T. Holloway
♦ Ta face : I. Poots ♦ Messages : 209 ♦ Pouvoir : Communication avec l'au-delà ♦ Occupation : Barmaid dans Stokes Croft, aspirante criminologue.
Voir le profil de l'utilisateur


C'est l'histoire de la vie
TA COULEUR:
RP EN ANGLAIS :

Message(#)Sujet: VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat   Dim 28 Aoû - 20:07
Violet Theresa HollowayNom Complet : Violet Theresa Holloway

Âge : 26 ans

Date & lieu de naissance + nationalité : Le 17 février à Bristol (Anglaise)

Métier/Études/Occupation : barmaid

Orientation sexuelle & situation : bisexuelle, célibataire

Groupe : Melon fucker ici
© moomins
It was fun while it lasted.Tes pouvoirs : Dans la grande roulette cosmique des pouvoirs (qui ne fait pas les choses si au hasard que ça, d'après les rumeurs qui circulent), j'ai obtenu la communication avec l'au-delà. Bon, n'importe qui aurait pu trouver ça génial et sauter de joie rien qu'à la perspective d'obtenir ce genre de dons, moi en première, mais j'ai mis pas mal de temps à comprendre ne serait-ce qu'une partie que l'étendue des possibilités qui s'offraient à moi. Quand j'ai saisi les bases, je me suis rendu compte que la plupart des morts du quartier manquaient un peu d'intérêt, alors j'ai dressé une liste des personnes qui seraient vraiment drôles à convoquer. Qui n'a pas rêve de prendre un verre avec telle ou telle figure historique ? Malheureusement pourtant toutes mes tentatives ont échoué, donc j'essaye de m'exercer avec des morts plus insignifiants. Je pars du principe que mon pouvoir est comme un muscle, et que donc quand je me serais entraînée, je pourrais m'attaquer à des plus gros morceaux.!
L'orage : Pendant l'orage ? Oh, attendez...oui, c'est bien ça. J'étais en train de rattrapper le travail que mon feignant de collègue n'avait pas fait avant de disparaître Dieu-sait-où, c'est à dire passer un dernier coup dans le bar, vérifier deux-trois choses et fermer la boutique. C'est ça, j'étais en train de me débattre avec le trousseau de clés. Ce truc supporte une bonne centaine de clés et personne n'a jamais eu l'idée de les étiqueter, alors j'étais bien partie pour les essayer une à une lorsque l'éclair a frappé. Très près de moi. Non, trop près de moi. J'suis tombée par terre, ma tête a frappé le bord du trottoir, mais dès que j'ai eu le temps de me demander si j'étais morte, j'ai eu ma réponse. Je m'en suis sortie avec une jolie bosse sur le crâne, et je n'avais toujours pas fermé le bar. Une bien bonne soirée de merde, si vous voulez mon avis.
Once upon a fuckin' timeQuand on commence à parler de soi de façon écrite, la grande astuce c'est de commencer avec une espèce de punchline sur le but de sa vie ou ce genre de choses très artificielle. Me connaissant, je balancerais un bon jeu de mots sur la vie ou la mort, mais je ne compte pas infliger ce traumatisme à quiconque.

Je suis née et j'ai passé ma vie à Bristol. J'ai dû en sortir qu'une quinzaine de fois seulement, pour aller voir mes grands-parents à Exeter et pour une sortie scolaire en primaire à Londres. Rien de notable. A l'époque de ma naissance -un hiver ordinaire, il y a vingt-six ans de cela-, ma mère était encore en prison pour une tentative de vol à main armée. Quand j'en parle à des gens, j'aime bien raconter qu'elle l'avait réussi, son vol, mais c'est stupide de chercher à impressionner du papier. Juste après ma naissance, j'ai donc été confiée à mon père.

Vu le milieu dont il venait, on aurait pu croire qu'il m'aurait laissée dans une poubelle et aurait mis le feu à ladite poubelle juste après, mais si je n'avais pas tiré le gros lot côté mère, mon père était le gros coup de chance de ma vie. Un type des plus responsables, qui avait juste été victime de son ascendance comme beaucoup -heureusement, de génération en génération, la lignée Holloway semblait de mieux en mieux se débrouiller financièrement, ce qui a tendance à me rassurer à propos de mon propre avenir.

Mon père, donc. Dès le jour 1, on s'est assez bien entendu. Il avait pris un  pour job de manutentionnaire au port après ma naissance, et on subsistait là-dessus -je ne m'en plains pas, c'est juste que des fois je me sens un peu misérable quand je jalouse les gens qui mangent autre chose que des pommes de terre quand arrive la fin du mois. Mais j'avais déjà la chance d'avoir un toit sur la tête et j'ai donc appris très jeune à occulter le reste.

Rétrospectivement, le seul défaut que je verrais dans l'éducation dont il m'a dispensée c'est qu'il ne m'a expliqué qu'assez tard la raison pour laquelle ma mère était en prison, que aux alentours de mes sept-huit ans. Autant vous dire que j'ai donc eu largement le temps de m'imaginer le pire quant au crime que ma mère avait bien pu commettre pour se retrouver derrière les barreaux. Avait-elle joué les Guy Fawkes et tenté de faire exploser le Parlement ? Ou peut-être bien que c'était une serial killeuse ?

En-dehors de ces questionnements, j'ai vécu une enfance insignifiante. J'étais tout ce qui était d'insignifiant, de toute façon. Je n'avais pas de passion, pas de talent, pas de caractère particulier. La situation avec ma mère pouvait sembler original, mais dans mon milieu, pas tellement. Je suis le genre de fille qui doit tout le temps répéter son nom, aux professeurs, aux directeurs, aux patrons, parce qu'ils l'oublient à nouveau dix minutes. A l'école, j'étais moyenne. J'avais du mal à m'intéresser à quelque chose pour plus longtemps que cinq minutes ; j'ai payé mon manque de motivation après, mais j'en reparlerai plus tard.

Quand ma mère est sortie de prison, j'avais huit ans -ça avait précédé de peu les explications sur son larcin. Je n'étais jamais allée la voir avant ; jusqu'à ce que j'entre au cours préparatoire, mon père avait refusé de m'y emmener, et quand peu après ma première rentrée à l'école on avait tenté d'y aller, elle ne nous avait pas inscrit sur sa liste. A l'époque, je me souviens m'être auto-persuadée que c'était une erreur. Ca ne l'était pas. Quand elle est sortie de prison, elle a juste disparu. Elle n'était pas venue nous voir, ni moi, ni mon père, ni mes grands-parents d'Exeter. Peut-être qu'elle a voulu prendre un nouveau départ, ou éviter de se confronter à ses responsabilités, ou peut-être bien qu'elle est morte dans un accident de voiture sur le chemin entre Bristol et la prison. Qui sait ? Si elle avait voulu partir, en tout cas ce n'était pas moi qui allait chercher à la retrouver.

Le premier grand tournant de ma vie a eu lieu pendant mon adolescence. Je vous rassure tout de suite, il ne s'agissait pas d'un truc cliché style ma rencontre avec l'amour de ma vie, une amitié incroyable ou la soudaine découverte que j'étais la lointaine descendante de César et que j'étais destinée à faire renaître l'Empire Romain de ses cendres. Non, j'ai juste découvert que les collégiens avaient droit à une carte de bibliothèque gratuite. A la maison, on n'avait pas la télévision et c'était difficile de jouer aux jeux de société abîmés quand mon père travaillait, alors je me suis mise à lire.

Ca a commencé avec les stupidités que lisaient les gens de mon âge. J'ai eu une très longue période bande dessinée où j'ai compulsé tous les volumes de Calvin et Hobbes, mais ensuite j'ai ouvert mes premiers policiers. Oui, sans trop vouloir me vanter, j'en ai consommé une sacrée dose. Contrairement aux apparences, les romans policiers sont les livres les plus rassurants du monde ; ils suivaient toujours le même schéma, une logique imparable et comme les choses tournaient mal dès le début du livre, ça ne pouvait pas devenir pire.

La fin du lycée approchait. Je me voyais déjà vivant la grande vie, occupant un appartement à Londres et jouant les Sherlock Holmes pour gagner ma vie, mais j'avais à peine le budget pour un cagibi dans le quartier de Baker Street, donc j'ai vite mis ces idées au placard. Si je voulais ne serait-ce que déménager dans la banlieue de n'importe quelle capitale, il me fallait de l'argent. Pour de l'argent, un métier -je n'étais pas ma mère, après tout. Et pour le métier, des qualifications.
Il aurait fallu y penser avant. Je suis sortie du lycée avec un diplôme, mais j'avais tout juste obtenu la moyenne et si je pensais obtenir une bourse, je m'enfonçais le doigt dans l'oeil jusqu'au coude.

Je me suis donc retrouvée à bosser. Par le biais d'un des amis de mon père, j'avais un poste à mi-temps dans une quincaillerie près du port. Un seul boulot c'était pas assez si je voulais à la fois économiser pour des études et emménager seule -il était temps de foutre la paix à mon paternel, après tout. J'ai donc fait des pieds et des mains pour obtenir un second job, et j'ai fini par travailler dans un bar exigu à Stokes Croft.

De loin c'était un quartier cool, mais je vais avouer sans trop de remords que je ne supporte pas très bien mes heures de travail. En plus du bar avec une décoration ignoble, où il règne un froid glacial en hiver et une chaleur torride en été parce que le patron prétend n'avoir ni l'argent pour un radiateur, ni pour une clim, de l'abruti qui me sert de collègue, la clientèle est limite, parfois même insupportable. Mais ça payait mieux que la quincaillerie et quand on m'a proposé une place à plein temps, j'ai donc accepté. Il fallait faire des sacrifices, surtout que maintenant je devais payer ma carte de bibliothèque seule.

A cette époque-là ma passion pour les romans policiers avait pris un autre tournant, surtout depuis que je cherchais quelle profession je pourrais bien choisir quand j'aurai le loisir de m'offrir des études. Je m'étais mise à lire des ouvrages théoriques de criminologie ; des gros pavés bien ardus, mais qui avaient le mérite de passer le temps quand le bar était vide. J'étais de plus en plus intéressée par cette matière et je commençais à faire des recherches pour savoir combien pouvaient coûter des études dans ce milieu quand l'orage a frappé Bristol.

J'vais pas mentir, j'ai pas mal paniqué après que ce fichu éclair m'a frappé. Ma tête me faisait un mal fou et à chaque petit dysfonctionnement de corps, j'arrêtais pas de me dire que l'éclair m'a grillée de l'intérieur et que je mourais lentement, pour finir en cadavre à face de barbecue dans un cercueil incomfortable. Au fur et à mesure je me suis calmée sur ce sujet, surtout quand j'ai commencé à découvrir mes pouvoirs. Je m'amuse plutôt avec, à vrai dire ; discuter avec des macchabés occupe bien l'après-midi, et la plupart d'entre eux sont moins agaçants que mes fréquentations habituelles. J'ai entendu dire au bar -oui quand je ne parle pas au morts j'aime bien écouter les conversations-, j'ai entendu dire que les pouvoirs étaient lié à nos histoires et non pas distribués au hasard.

Au début, ça m'a paru assez bizarre et illogique. Après tout j'étais pas une fille incroyablement obsédée par la mort, ou qui avait laissé beaucoup de cadavres dans son sillage. J'ai eu peur qu'il s'agisse d'un présage, mais j'ai fini par me rassurer en me disant qu'il s'agissait non pas d'un seul gros morceau de mon histoire qui était lié à mon pouvoir, mais une addition d'éléments ; entre autres ma passion pour tout ce qui tournait autour de ce sujet en littérature, la profession à laquelle je me destinais et le passé que j'avais inventé à ma mère. Ou peut-être sa situation actuelle, qui sait ?

Voilà, quoi dire d'autre ? Rien, je pense avoir été assez complète.
My name is not BarryPseudo/prénom : Margot ♦ Âge : on ne demande pas son âge à une dame (16 par contre) ♦ Comment as-tu atterri ici ? j'ai lu la pub par accident sur Tumblr et quand je me suis rappelée que j'avais assez de rpg comme ça, il était trop tard ♦ Fréquence de connexion : tous les jours ♦ As-tu déjà couché avec un fruit ? pas aujourd'hui, non ♦ Est-ce que c'était un melon ? désolée de te déçevoir. ♦ Un dernier mot ? nope.
Revenir en haut Aller en bas
avatarNathan Busby
♦ Ta face : Evan Peters ♦ Messages : 1024 ♦ Pouvoir : Électrokinésie ♦ Occupation : Étudiant en Faculté d'Ingénieurie de l'université / Braqueur à temps partiel
Voir le profil de l'utilisateur


C'est l'histoire de la vie
TA COULEUR: #ffa34f
RP EN ANGLAIS : Juste les dialogues

Message(#)Sujet: Re: VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat   Dim 28 Aoû - 20:11
Bienvenue à toi ! love
Imogen Poots quoi brille Miam ! crush J'ai trop hâte de savoir ce que tu vas en faire excited
Alléééééé Vite la suiiiiite !!! red
Revenir en haut Aller en bas
avatarMila Octavie Valentyne
♦ Ta face : Juno Temple ♦ Messages : 1916 ♦ Pouvoir : Mes péchés s'extériorisent, mes mensonges se concrétisent. Pour moi, ça sera l'extériorisation de mes facettes dans un double de moi-même. C'est un peu se prendre son propre pathétisme en pleine face dès que l'occasion se présente. La foutue malédiction. ♦ Occupation : Marchande de glaces, pour la joie des petits et des grands.
Voir le profil de l'utilisateur


Message(#)Sujet: Re: VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat   Dim 28 Aoû - 20:35
YEAAAAAAAH UNE NOUVELLE ARRIVANTE ! BIENVENUE ! red red red Imogen, c'est un super choix d'avatar ! Je suis très curieuse de voir ce que tu vas faire comme personnage en tout cas ! crush Du coup je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fiche que j'ai bien hâte de découvrir ! l
Revenir en haut Aller en bas
http://2981122890.tumblr.com
avatarT. Xander Cavendish
♦ Ta face : Cameron sexy Monaghan ♦ Messages : 842 ♦ Pouvoir : Changement de sexe, il a fonctionné une fois, depuis plus moyen de revenir en arrière ♦ Occupation : Vendeur dans une librairie de Stocks Croft
Voir le profil de l'utilisateur


C'est l'histoire de la vie
TA COULEUR:
RP EN ANGLAIS : Juste les dialogues

Message(#)Sujet: Re: VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat   Dim 28 Aoû - 20:50
OMG Imogen. Je l'aime tellement. Elle est tellement belle. blbl blbl
Donc, du coup je ne peux que te féliciter pour ton choix. C'est de toute beauté. love
Ensuite, bienvenue parmi nous :bleh: bon courage pour la rédaction de ta fiche et si tu as besoin de quoique ce soit, je suis là, n'hésite pas à venir me voir. Je ne mords presque pas oups
Revenir en haut Aller en bas
http://savemebarry.forumactif.org
avatarViolet T. Holloway
♦ Ta face : I. Poots ♦ Messages : 209 ♦ Pouvoir : Communication avec l'au-delà ♦ Occupation : Barmaid dans Stokes Croft, aspirante criminologue.
Voir le profil de l'utilisateur


C'est l'histoire de la vie
TA COULEUR:
RP EN ANGLAIS :

Message(#)Sujet: Re: VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat   Lun 29 Aoû - 11:19
Merci pour l'accueil crush j'suis trop contente d'être ici, je sais pas si je vais réussir à contenir mon excitation jusqu'à l'ouverture aaah
Et bien sûr, Imogen :keur: c'est l'amour de ma vie depuis Green Room **
Revenir en haut Aller en bas
avatarNathan Busby
♦ Ta face : Evan Peters ♦ Messages : 1024 ♦ Pouvoir : Électrokinésie ♦ Occupation : Étudiant en Faculté d'Ingénieurie de l'université / Braqueur à temps partiel
Voir le profil de l'utilisateur


C'est l'histoire de la vie
TA COULEUR: #ffa34f
RP EN ANGLAIS : Juste les dialogues

Message(#)Sujet: Re: VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat   Lun 29 Aoû - 11:21
- Je te comprend tellement pour la p'tite blonde !! brille -

Toi aussi t'as cette irrésistible envie d'exploser de joie depuis ton inscription ?! aaah
C'EST TROP COOL D'ÊTRE VIP !! red fire excited perv crush
Revenir en haut Aller en bas
avatarT. Xander Cavendish
♦ Ta face : Cameron sexy Monaghan ♦ Messages : 842 ♦ Pouvoir : Changement de sexe, il a fonctionné une fois, depuis plus moyen de revenir en arrière ♦ Occupation : Vendeur dans une librairie de Stocks Croft
Voir le profil de l'utilisateur


C'est l'histoire de la vie
TA COULEUR:
RP EN ANGLAIS : Juste les dialogues

Message(#)Sujet: Re: VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat   Lun 29 Aoû - 15:27
C'est bon ! T'es des nôtres !C'est de toute beauté quewa j'aime bien la personnalité de ta petite Violet. Puis son pouvoir risque d'être sympathique à exploiter. Amuse-toi bien parmi nous l

Yes ! Et maintenant ? Bravo ! Tu fais partie des membres validés lors de la pré-ouverture de Save Me Barry. et le staff te remercie de ta venue et de ta rapidité, c'est très encourageant ! Le RP n'est pas encore ouvert mais nous t'invitons à venir préparer ta fiche de liens pour qu'elle soit prête pour l'ouverture, tu peux éventuellement demander un logement, demander à être ajouté au listing des métiers aussi et SURTOUT venir faire vivre la partie « My name is NOT Barry ! » pour mettre l'ambiance dès le départ ! N'hésite pas à discuter liens et rps avec tes petits camarades dans cette partie là elle est faite pour ça et pour que vous en profitiez pour faire connaissance ! Jette un petit coup d’œil à tous les sujets qui s'y trouvent et crées-en un si tu vois quelque chose à ajouter. Sur ce, enjoy et merci de ta participation ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://savemebarry.forumactif.org
Contenu sponsorisé


Message(#)Sujet: Re: VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat   
Revenir en haut Aller en bas
 

VIOLET | I would open the box just to pet Schrödinger's cat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mek' pour l'open de peinture GW
» ND Open IV
» Open Video a GW
» OPEN AIR frontenex 7 septembre
» Haiti est-elle vraiment “open for business” ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Save Me Barry :: Let's start the game :: Papiers, s'il vous plaît :: Dossiers validés :: MELON FUCKER ♦ je kiffe mon pouvoir-