AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (jorice x felix) feeling home again [flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarFelix B. Linchfield
♦ Ta face : Zoe Kravitz ♦ Messages : 133 ♦ Pouvoir : J'suis incapable de mentir. Enfin, plus maintenant, en tout cas. ♦ Occupation : Je travaille dans un salon de tatouage et piercing.
Voir le profil de l'utilisateur


Message(#)Sujet: (jorice x felix) feeling home again [flashback]   Dim 13 Nov - 21:36
Jorice x Felixfeeling home againBelfast était magnifique, ce matin-là. Le lever de soleil qui transparaissait à travers la brume matinale, les teintes roses orangées du ciel, les relents de Marie-Jeanne, tout me troublait. Peut être était-ce dû au fait que dans quelques heures à peine, j'allais embarquer à bord d'un avion, pour la première fois de ma vie. Peut-être était-ce l'idée de quitter Suzanne, l'idée de quitter la ville qui m'avait vu grandir. Peut-être était-ce le fait de me retrouver dans un chez moi, mon premier chez moi. L'idée d'avoir un espace qui serait entièrement mien. Ou peut-être encore était-ce la tristesse de quitter cette ville, cette ville qui m'avait vu grandir. Cet immeuble qui avait accueilli mes premiers pas, mes premiers rires, mes premiers pleurs aussi. Cet immeuble qui avait vu la fin de ma mère, la fin de mon père, la fin de ce que je n'avais jamais pu appeler famille. C'était étrange comme, maintenant que je quittais tout, maintenant que je décidais d'entamer ma vie, je me sentais nostalgique. C'était pas comme si j'avais un quelconque attachement à cet endroit, après tout, hein ? Je ne m'y étais jamais senti chez moi, c'était juste l'endroit où j'avais vu le jour. Aucun attachement, j'vous dis. Rien. Nada.

Et pourtant, là, maintenant, assise sur le toit de l'immeuble dans lequel j'ai grandis, je me demande si c'est vraiment la bonne solution. Laisser Suzanne seule, après tout ce qu'elle a fait pour moi. Quitter tout ce que j'ai jamais connu, partir à la découverte du monde, alors que je ne sais même pas comment je vais vivre. Oh, ne vous méprenez pas. J'ai mis de l'argent de côté, depuis à peu près deux ans déjà. J'ai de quoi me payer trois mois de loyer, puis, de quoi manger aussi. Mais faudra vite que je me trouve un boulot, quand même. J'pourrais pas subvenir à mes besoins bien longtemps, sinon. Jorice m'a dit que si j'avais un problème, je pourrais toujours l'appeler, mais quand même. Qui sait comment tout ça va se passer, hein ? Je ne suis toujours pas certaine que ça soit la bonne décision. Et pourtant, pourtant je ne me vois pas rester à Belfast une journée de plus. Aujourd'hui, je pars, je met un point final à ma vie d'Irlandaise, et je prend mon envol. J'arrête d'embêter Suzy, je laisse ici tous les souvenirs liés à mes géniteurs, et je pars vivre ma vie, comme je l'entend. L'avantage, là-bas, c'est que seule Jorice et sa famille savent qui je suis. Je pourrais enfin être qui je veux, sans personne pour me juger par rapport à mon passé légèrement tumultueux. Juste légèrement. « Felix, c'est l'heure. Il faut qu'on aille à l'aéroport. » Suzanne me ramène sur Terre, et en me tournant vers elle, je sais que je prend la bonne décision. Depuis le drame avec mes parents, elle a toujours été là pour moi, elle m'a logée, nourris, blanchis, et a tout fait pour que je sois un minimum heureuse. Je suis reconnaissante pour tout ce qu'elle a fait pour moi, évidemment, mais elle n'aurait pas dû. C'est trop, et partir, maintenant que je suis majeure, c'est une manière de l'aider. C'est la remercier. La laisser vivre sa vie, sans être embêté par cette adolescente chiante à en mourir, qui ne sourit pas, ne parle pas beaucoup, et passe plus de temps hors de chez elle qu'à l'aider. Maintenant, elle n'aura plus à se soucier de moi, et pourra faire tout ce qui lui chante.

***

L'avion, c'est bizarre. J'ai aucun intérêt à mentir, et j'avoue tout : j'ai peur. Mes doigts restent crispés sur l'accoudoir durant tout le trajet reliant Belfast à Londres. Puis, arrivée dans la capitale anglaise, il faut que je trouve le bus qui m'emmènera à Bristol. Et ça, ça c'est réellement compliqué. Je me perd plusieurs fois dans la ville, et lorsque je réussis à trouvé le fameux bus, je suis à deux doigts de le louper. Mais je l'ai. Je ne sais pas comment j'ai fais, d'ailleurs. La route jusqu'à Bristol, elle, est particulièrement longue. Ça m'embête, d'ailleurs. Parce que je sais qu'une fois arrivée dans la ville, je pourrais enfin rencontrer Jorice. Et je le reconnais : j'ai hâte. Ça fais des années qu'elle et moi communiquons par lettres, et l'idée d'enfin voir sa tête, de pouvoir enfin vivre une réelle amitié me fait mourir d'impatience. Et de stress, un peu. Dans le bus, je ne parle à personne, malgré l'idiot qui ne cesse de taper dans mon siège, derrière moi, me demandant sans cesse si j'aurai pas une cigarette. Bien sûr que j'en ai une. C'est pas pour autant que j'vais lui en filer. Puis, faut bien reconnaître que son insistance me donne encore moins envie. Ça, et l'angoisse d'arriver à Bristol. Parce que, ouais, je viens tout juste de voir le panneau annonçant la ville, et j'angoisse. Parce que je vais rencontrer Jorice, parce que je ne connais pas la ville, parce que même si ma capacité à mentir s'est accrue avec le temps, j'ai quand même peur de m'emmêler les pinceaux. Et si quelqu'un découvre mon passé ? Non, vraiment, ça n'est pas une bonne idée. Pas une bonne chose. Les souvenirs de Belfast resteront à Belfast. Hors de question que Bristol y goûte.

Et puis, finalement, je n'ai plus le temps d'angoisser. J'aperçois l'arrêt de bus, et soudain nous sommes immobilisés, et les gens se mettent à descendre. Moi ? J'attend un peu. Je n'ai que dix-huit ans, et ma vie va commencer maintenant. Ma vraie vie, celle que je vivrais telle que je le veux. Je deviendrais qui je le voudrais. Peut-être même que je pourrais me trouver un autre prénom, qui sait ?

Encore une fois, j'ai pas vraiment l'temps d'y penser. C'est trop tard. En fait, je ne pense plus à rien, je me contente d'effectuer chaque geste machinalement. Attraper mon sac à dos, celui qui contient toutes mes affaires. Descendre du bus, ne pas me retamer sur la dernière marche. Chercher parmi la foule, me rappeler que je n'ai personne. Puis trouver un plan, chercher la rue dans laquelle j'ai louée un appartement, et finalement, finalement, m'y rendre. Découvrir cet endroit, ce nouveau chez moi. Vide. Totalement. Mon sac qui tombe au sol, et puis finalement, un sourire. Je suis chez moi.
© 2981 12289 0 ◊ 1156 words
Revenir en haut Aller en bas
 

(jorice x felix) feeling home again [flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Save Me Barry :: Bristol :: Stokes Croft :: Armada Place :: Apt. 3 ♦ Felix B. Linchfield-